Textes inspirants

Jacques salome maman papa

 

Jacques salome

 

Les 4 accords tolteques

 

Le jugement des autresSans titre 1

 

 

L'homme qui aimait les étoiles de mer !

 

Un de nos amis marchait sur une plage mexicaine déserte, au coucher du soleil. Peu à peu, il commença à distinguer la silhouette d'un autre homme dans le lointain. Quand il fut plus près, il remarqua que l'homme, un indigène du pays, ne cessait de se pencher pour ramasser quelque chose qu'il jetait aussitôt à l'eau. Maintes et maintes fois, inlassablement, il lançait des choses à tour de bras dans l'océan.

En s'approchant encore davantage, notre ami remarqua que l'homme ramassait les étoiles de mer que la marée avait rejetées sur la plage et, une par une, les relançait dans l'eau.

Notre ami était intrigué. Il aborda l'homme et lui dit: "Bonsoir, mon ami. Je me demandais ce que vous étiez en train de faire."

"Je rejette les étoiles de mer dans l'océan. C'est la marée basse, voyez-vous, et toutes ces étoiles de mer ont échoué sur la plage. Si je ne les rejette pas à la mer, elles vont mourir du manque d'oxygène."

"Je comprends, répliqua notre ami, mais il doit y avoir des milliers d'étoiles de mer sur cette plage. Vous ne pourrez pas toutes les sauver. Il y en a tout simplement trop. Et vous ne vous rendez pas compte que le même phénomène se produit probablement à l'instant même sur des centaines de plages tout le long de la côte? Vous ne voyez pas que vous ne pouvez rien y changer?"

L'indigène sourit, se pencha et ramassa une autre étoile de mer. En la rejetant à la mer, il répondit: "Ça change tout pour celle-là!"

Jack Canfield et Mark V. Hansen

 

CONTE CHINOIS

Dans un village, une jeune fille fraîchement mariée vient, selon l'usage, habiter dans la famille de son mari.  Cela ne l'enchante guère car elle s'attend à ce que sa belle-mère lui fasse la vie dure. Et en effet, celle-ci l'accable de tant de brimades et de persécutions mesquines, qu'après quelques semaines, la jeune femme se sent totalement déprimée et épuisée. 

 Alors, elle prévoit d'assassiner sa tortionnaire et, secrètement, elle se rend chez le rebouteux du village.  "Donne-moi, supplie-t-elle, un poison pour faire mourir ma belle-mère.  Elle me hait et je la hais.  Je ne peux plus vire ainsi.  Il faut qu'elle disparaisse, sinon, c'est moi qui me tuerai."  En l'entendant, le vieux sage plisse ses petits yeux d'un air compréhensif.  "J'ai ce qu'il te faut.  Voici un pot d'onguent que tu prendras soin d'enduire chaque soir en massant ses pieds et ses jambes, pendant le temps d'une lune.  Je te garantis un très bon résultat". 

Toute guillerette, la jeune fille s'en alla, emportant la pommade magique, symbole de la fin de ses tourments. 

Et voilà que cinq jours plus tard, le guérisseur la voit revenir toute bouleversée lui demandant de lui donner un antidote pour annuler les effets du poison.  "Que s'est-il passé ?" demande le sage.  "Je n'y comprends rien, répond la fille.  J'ai fait ce que tu m'as dit.  J'ai massé ses pieds chaque soir mais au bout de la troisième fois, nos regards se sont croisés et elle m'a souri.  J'avais des larmes plein les yeux et elle aussi.  Elle m'a confié qu'elle était un peu jalouse de moi et je lui ai avoué que j'avais très peur d'elle mais maintenant c'est fini et nous somme devenues de grandes amies, à la joie de mon mari.  Elle va mourir par ma faute et je ne veux plus la perdre." 

 Alors, le brave homme prit la fille dans ses bras et lui dit : "Sois tranquille, tu n'as rien à craindre.  Ce que je t'ai donné n'est pas du poison mais une huile bienfaisante dont tu peux continuer à te servir.  Mais maintenant, voilà que tu as progressé sur le chemin de la sagesse.  Rentre chez toi le cœur léger, tu as apporté le bonheur dans ta maison."

×